Lausanne le 18 août 2016. Chemin de la miséricorde dans la basilique de Notre-Dame de l'Assomption. Un balisage au sol, entraîne le pèlerin sur le chemin de la miséricorde. (Photo: B. Hallet)
23 août 2016

La miséricorde, étape par étape

Passer les portes de la basilique Notre-Dame de l’Assomption, à Lausanne, ouvre le Chemin de la miséricorde. « Un chemin accessible au plus grand nombre », qui inclut le passage de la Porte sainte. Visite guidée, le 18 août 2016, avec Régine et Matthias Rambaud, les concepteurs du projet voulu par le vicariat épiscopal pour le canton de Vaud, à Lausanne.

« Le but était de réaliser un Chemin de la miséricorde qui soit accessible au plus grand nombre », précise d’emblée Régine Rambaud, de l’agence Attraction Communication Services, spécialisée dans la communication en Eglise. « Ce chemin est conçu aussi bien pour le pèlerin que pour le curieux de passage. Chacun est invité à le parcourir », ajoute Matthias Rambaud. Panneaux de bienvenue, signalisation claire, textes collés au sol, tout a été pensé pour « prendre les gens par la main » à leur entrée dans la basilique, et les emmener en huit étapes, matérialisées par autant de panneaux, passer la Porte sainte puis se confesser.

Lausanne le 18 août 2016. Chemin de la miséricorde à la basilique Notre-Dame de l'Assomption. Etape 5: la Porte de la miséricorde. (Photo: B. Hallet)

Lausanne le 18 août 2016. Chemin de la miséricorde à la basilique Notre-Dame de l’Assomption. Etape 5: la Porte de la miséricorde. (Photo: B. Hallet)

La messe du matin vient de s’achever à la basilique Notre-Dame de l’Assomption, à Lausanne. Une quinzaine de personnes se recueillent devant le Saint Sacrement exposé sur l’autel. A voix basse, nos guides expliquent ce Chemin de la miséricorde que l’on emprunte sur la pointe des pieds. Eclairées par des spots, les installations émergent de la pénombre et balisent ainsi ce parcours unique en Suisse romande, dans une atmosphère propice au recueillement.

Sobriété

Les panneaux ne comportent ni photos, ni illustrations, ne laissant, selon leur concepteurs, pas de place à la distraction. « L’idée était de réaliser quelque chose d’épuré, tout de suite lisible et qui se marie bien avec l’architecture d’un lieu sacré », explique Matthias. La basilique a été aménagée de manière à pouvoir marquer chacune de ces étapes. Le cœur bleu portant la mention « Une porte ouverte sur le cœur de Dieu » revient sur chaque panneau. Un leitmotiv sur ce chemin qui « parle au cœur ». Les panneaux affichent une parole de Dieu ou une prière, proposent un geste concret à accomplir et indiquent l’attitude à tenir « pour ceux qui ne sauraient pas comment faire ».

Pédagogie et simplicité

« La pédagogie et la simplicité ont été au centre de ce projet que nous avons élaboré avec, Christophe Godel, le vicaire épiscopal, et Béatrice Vaucher, déléguée du vicaire épiscopal, relève Matthias Rambaud. Elle permet de toucher le cœur de tous et cela conduit au Christ. Nous avons eu en tête la volonté du pape François d’une miséricorde ouverte à tous, non-pratiquants et non-croyants y compris ». La première étape convie le pèlerin à « Préparer son cœur » pour se mettre en situation. Une halte explique l’eau du baptême, une autre invite à « goûter la parole » de Dieu en lisant une bible disposée sous le panneau. Le pèlerin peut piocher, dans une corbeille, un papillon comportant un extrait de la bible et l’emporter. Objet de dévotion toute particulière dans cette basilique, la Vierge Marie n’a pas été oubliée. La quatrième étape invite à prier la « Mère de miséricorde ». Au fond du chœur, se trouve la Porte sainte. « Franchissez le rideau de la Porte de la miséricorde … et vous verrez! », conseille Régine, sourire aux lèvres.

Lausanne le 18 août 2016. Chemin de la miséricorde à la basilique Notre-Dame de l'Assomption. Etape 4 consacrée à la Vierge Marie, la "Mère de miséricorde". (Photo: B. Hallet)

Lausanne le 18 août 2016. Chemin de la miséricorde à la basilique Notre-Dame de l’Assomption. Etape 4 consacrée à la Vierge Marie, la « Mère de miséricorde ». (Photo: B. Hallet)

La miséricorde, au-delà du chemin

Les étapes sept et huit mènent respectivement vers la confession et la sortie de la basilique. Chacun est renvoyé en pèlerin avec la mission de poursuivre cette expérience de la miséricorde dans la vie quotidienne. « Le carnet du pèlerin permet de compléter ce Chemin de la miséricorde », détaille Régine Rambaud. On y trouve en effet des textes et des prières qui permettent d’approfondir les étapes vécues à la basilique. Juste avant la sortie, un panneau permet à chacun de déposer une résolution… qu’il faudra tenir.


Journées de la miséricorde

Le Chemin de la miséricorde est installé jusqu’à la clôture de l’Année sainte de la miséricorde, le 20 novembre prochain. Entrée libre. La basilique propose chaque mois une journée de la miséricorde. Les Unités pastorales vaudoises sont invitées à venir en pèlerinage pour effectuer le parcours. Des prêtres sont disponibles tout au long des étapes pour répondre aux questions et pour les confessions.

Prochaines dates: le 10 septembre, le 8 octobre et le 5 novembre.(cath.ch-apic/bh)

Sans-titre-1
13 août 2016

La miséricorde? « Un chemin qui va du cœur aux mains »

“La miséricorde est un chemin qui va du cœur, aux mains“: c’est ce qu’a expliqué le pape François dans la matinée du 10 août 2016, lors de l’audience générale, salle Paul VI au Vatican. “De ce cœur pardonné, commence le chemin vers les mains, c’est-à-dire les œuvres de miséricorde“, a-t-il repris dans une improvisation. / Lire la suite

La porte sainte est la porte de la rencontre entre la douleur de l’humanité et la compassion de Dieu

Pape François
Lionel Yehochoua Elkaïm, rabbin de la Communauté Israélite de Lausanne et du canton de Vaud  CILV (Photo:  Jacques Berset)
7 juillet 2016

« Dans le projet divin, il y a une place pour le rattrapage », confie L. Elkaïm

« Dans le projet divin, il y a une place pour le rattrapage. Dieu se montre patient avec les pécheurs pour les induire à la techouva (retour), il est miséricordieux », confie Lionel Yehochoua Elkaïm, rabbin de la Communauté Israélite de Lausanne et du canton de Vaud (CILV). Il dessert également la Communauté Israélite de Fribourg.

/ Lire la suite

Le professeur luthérien Hans-Christoph Askani est chargé de cours de théologie fondamentale à l'Université de Fribourg. (Photo: Grégory Roth)
5 juillet 2016

Miséricorde: Catholiques et protestants sur la même longueur d’onde

Etre miséricordieux signifie avoir son cœur près des pauvres, explique Hans-Christoph Askani. Pour le théologien luthérien, l’Année de la miséricorde voulue par le pape François a un impact pour les protestants aussi. / Lire la suite